Quel est l’impact des déperditions thermiques sur votre logement ?

Les déperditions thermiques sont pour l’Ademe (agence de la transition écologique) l’une des principales causes du manque d’efficacité énergétique au sein d’un bâtiment. Alors, quel est l’impact de ces pertes de chaleur sur votre logement ? Eléments d’explication.

C’est quoi les déperditions thermiques ?

Les déperditions thermiques sont les pertes de chaleur subies par un bâtiment au niveau des parois en contact avec l’extérieur. Les logements anciens et mal isolés sont les plus concernés par ces pertes thermiques.

Lorsque l’on chauffe un bâtiment mal isolé, on consomme de l’énergie. On aboutit à une surconsommation énergétique lorsque les déperditions de chaleur sont importantes, car il faut alors solliciter davantage le système de chauffage pour obtenir un confort thermique équivalent pour un logement bien isolé.

Où sont les déperditions thermiques dans une habitation ?

Pour l’Ademe, les principales zones de déperditions thermiques sont les suivantes :

  • Planchers bas : entre 5 et 10%
  • Fenêtres et parois vitrées : entre 10 et 15%
  • Murs : entre 20 et 25%
  • Toiture et combles : entre 25 et 30%

L’air chaud est plus léger que l’air froid, il tend donc à s’élever au sein d’un bâtiment. C’est la raison pour laquelle les pertes thermiques sont plus importantes à mesure que l’on se trouve haut. Mais même les déperditions se situant au niveau du sol ne sont pas à négliger, car elles contribuent considérablement à réduire l’efficacité thermique d’un logement.

Comment éviter les pertes de chaleur dans une maison ?

Il est possible de mettre en œuvre des travaux d’isolation thermique afin d’éviter les pertes de chaleur au sein d’une maison :

  • L’isolation des combles : l’importante surface du toit et son positionnement l’exposent tout particulièrement à l’extérieur et au vent.
  • L’isolation des murs : les parois murales sont elles aussi très exposées aux conditions météorologiques extérieures.
  • L’isolation des planchers bas : même s’il ne s’agit pas de la zone la plus sujette aux pertes de chaleur, le sol est source d’inconfort thermique lorsqu’il est mal isolé.
  • Le remplacement des fenêtres : il est préférable de remplacer des fenêtres en simple vitrage par des fenêtres en double vitrage. Il en découle par ailleurs une amélioration de l’isolation phonique !

Bonne nouvelle : pour chacun de ces travaux, vous avez la possibilité de bénéficier de la Prime Eco-Travaux Carrefour ! Cette prime CEE (certificats d’économies d’énergie) vous est versée à la fin des travaux, sur votre carte de fidélité ou votre carte PASS. Vous pouvez ainsi payer vos courses tout en réalisant des économies d’énergie à domicile !

Pour bénéficier de la Prime Eco-Travaux Carrefour, il vous suffit de vous inscrire sur notre site avant de signer le devis de vos travaux. Vous pouvez ensuite suivre toutes les étapes de la création et de la constitution de votre dossier afin que nous puissions valider votre demande dans les meilleurs délais.

Vous pouvez par ailleurs cumuler cette prime énergie avec le dispositif MaPrimeRénov’, qui remplace le crédit d’impôt pour la transition énergétique ainsi que les aides des programmes Habiter Mieux de l’Anah (agence nationale de l’habitat). Et d’autres aides peuvent s’adjoindre à celles-ci, par exemple : l’éco-PTZ (éco-prêt à taux zéro), la TVA à 5,5% ou encore les aides locales proposées par certaines collectivités territoriales.

Comment savoir si on a une déperdition de chaleur ?

Il est difficile de détecter à l’œil nu si l’on subit des pertes de chaleur. Les professionnels peuvent utiliser la thermographie infrarouge qui consiste à photographier les surfaces concernées. Sur les clichés pris, on obtient des variations de bleu et de rouge. Plus ces variations tendent vers le bleu, plus les surfaces sont froides et à l’inverses, plus elles tendent vers le rouge et plus elles sont chaudes. Un bon moyen d’identifier les zones à isoler.

De manière générale, un logement ancien dont le confort thermique n’est pas optimal laisse souvent penser que des travaux d’isolation thermique peuvent s’avérer nécessaire.

Comment calculer les déperditions thermiques ?

Pour calculer les déperditions thermiques, il est possible d’effectuer un diagnostic thermique. La formule de calcul comprend le volume à chauffer en m3 et le coefficient de différence entre les températures intérieures et extérieures. Plus le résultat est élevé, plus les besoins en isolation thermique sont importants. Votre artisan RGE (reconnu garant de l’environnement) peut vous aider à estimer ces besoins.

Je simule ma primeJe m'inscris